De la même période
Haut Empire Romain
De la même région antique
Campanie
|Déplier Analyses
|Déplier Documents
  Haut Empire Romain   :|:   Document
 
Proue en stuc dans les thermes de Stabies à Pompei
réf. : fr.1848.2019 | 3 janvier 2019 | par Francis Leveque
sculpture | 1ère moitié du Ier siècle ap. J.-C.
Pompei, Campanie ( Italie )
Twitter Twitter

Placés en hauteurs, ces navires de guerre flattaient la virilité romaine et la puissance de leur marine. Il s’agit de dières à deux rangs de rames, mais sans doute davantage de rameurs.

 

Les thermes de Stabies sont les plus anciens et les plus grands de Pompéi. Leur construction date de l’époque de l’assujettissement de Pompéi à Rome et ils furent plusieurs fois agrandis et embellis. La première phase de construction remonterait à la fin du IVe s. av. J.-C. En 79 ils étaient en cours de restauration après le séisme de 62 ap. J.-C.

Cette proue de navire de guerre a été réalisée en stuc dans une pièce non identifiée. Elle se situe à un angle. L’absence de la poupe donne un effet artistique où le navire semble sortir du mur. Ce qui reste du décor à gauche montre un effet de symétrie, ce sont donc deux navires qui sortaient des parois et qui rendaient forcément une impression de force et de puissance.

La coque est longue et la quille est quasiment plane. Elle forme une légère courbure pour atteindre l’éperon à l’extrémité de la proue. Cet éperon permet un choc important car il est en forme de butoir. Un oeil apotropaïque semble décorer la proue. A son sommet un faux-stolos s’élève très haut en forme de volute. Il abrite un parapet opaque, décoré d’un panneau rectangulaire, qui protégeait sans doute un gaillard. A mi-haute de l’étrave, on aperçoit dans le prolongement de la préceinte la trace d’un proembolon.

Les rames sont positionnées sur deux rangs et sortent du bordé sous une plate-forme. Celle-ci supporte une rambarde en croisillons. Il devait s’agir de la plate-forme sur laquelle prenaient position les soldats pour le combat.

A gauche de l’angle du mur on retrouve une section verticale identique d’un autre navire : les traits figurant les rames, la plate-forme et la rambarde à croisillons. L’orientation différentes des rames montre qu’il ne s’agit pas de la continuité du même navire, mais plutôt d’un effet symétrique, ce qui conduit à en déduire la présence d’une seconde proue de navire de guerre.

 
 
              
 
 
 
 
© 2008-2014 Francis LEVEQUE - |