De la même période
Rome Impériale
|Déplier Analyses
|Déplier Documents
De la même région antique
Campanie
|Déplier Analyses
|Déplier Documents

  Rome Impériale   :|:   Document

Une poupe derrière Polyphème et Galatée dans la villa d’Agrippa Postumus

réf. : fr.1856.2019 | 14 janvier 2019 | par Francis Leveque
peinture | Fin du Ier siècle av. J.-C.
Campanie ( Italie )
Twitter Twitter

L’auteur a concentré deux mythes concernant le cyclope Polyphème. On le voit ici lancer des pierres sur le navire d’Ulysse qui prend le large.

Cette villa se trouve sur les pentes du Vésuve, légèrement au nord de Pompéi, sur la commune de Boscotrecase. Elle a été découverte en 1903 pendant les travaux de construction d’un chemin de fer. En avril 1906, alors que cette villa avait été partiellement fouillée, une nouvelle éruption du Vésuve la recouvre de lave.

La villa

Aussi connu comme la Villa Impériale ou la Villa Augusta, ce fut l’une des villas les plus somptueuses de Campanie. Elle a été construite à partir de 20 av. J.-C. par Marcus Vipsanius Agrippa, un proche d’Octave qui deviendra Auguste. Agrippa a épousé en 3e noces Julia, la fille d’Auguste. A sa mort en 12 av. J.-C., la villa revient à son fils posthume Agrippa Postumus.
Si de nombreuses peintures sont du 2e style, celles des cubicula (les chambres) adossées au péristyle sont du 3e style qui a fleuri sous le règne d’Auguste. On les doit sans doute à Julia ou à son fils Postumus. Les fesques ont été enlevées au moment de l’excavation et réparties entre le Metropolitan Museum of Art de New York et le Musée archéologique de Naples.

La peinture du cubiculum 19

dimensions :
- Hauteur : 1,87 m
- Largeur : 1,19 m

La peinture qui nous intéresse ici se trouve dans le cubiculum 19. Contrairement à d’autres pièces (comme les cubicula 15 et 16) il a perdu une grande partie de son décor pictural. Cependant celles des murs est et ouest ont survécus.
Le mur ouest présente le mythe de Polyphème et Galatae, une nymphe de la mer. Au dessus d’eux, à droite, une galère apparaît comme si elle quittait l’île. Cela rappelle Ulysse fuyant le pays des Cyclopes comme le raconte Homère au chant IX de l’Odyssée.
La scène sur le mur est raconte l’histoire de Persée et d’Andromède.

Le navire

Dans la partie inférieure de la peinture, on trouve au premier plan Polyphème (oeil unique, nu, la peau brune) au pied d’un promontoire rocheux, entouré de son troupeau de chèvres et de moutons. Il regarde à gauche, en direction de Galatée qui vogue vers lui, assise sur le dos d’un dauphin.
Au second-plan on retrouve Polyphème sur le promontoire. Il lance des deux mains un rocher sur un bateau dont on ne voit, à droite, que la poupe. Ce navire pourrait être celui d’Ulysse.

La poupe que nous pouvons voir sur cette peinture est convexe. Elle s’élève très haut vers l’arrière et se termine par un aplustre à deux branches : l’une vers le haut, l’autre vers l’arrière. Le bouton au sommet de la poupe est doré.

Ce que nous voyons du pont est fort intéressant. A droite (ce qui correspond au centre du navire), des hommes en armes portent des boucliers ronds. Ils semblent protégés par un pavois auquel sont fixés d’autres boucliers ronds (couleurs mauve). A gauche une structure à 4 piliers (ou davantage) couverte d’une toiture. Derrière elle une cabine au toit cylindrique blanc semble apporter une protection à deux personnages dont on distingue la silhouette sombre.
Les rames sont disposées sur 2 rangs. Elles sortent du bordé par des sabords figurés par des cercles épais.