De la même période
Rome Impériale
|Déplier Analyses
|Déplier Documents
Du même musée
aucun autre document trouvé
  Rome Impériale   :|:   Document
 
Le navire de Théodoric à Ravenne
réf. : fr.1936.2019 | 17 février 2019 | par Francis Leveque
épave | Ve siècle ap. J.-C.
Ravenne, Italie du nord ( Italie )
Twitter Twitter

Ce navire a été récupéré par les archéologues mais il n’est pas encore exposé au public, 20 ans plus tard alors que tout le processus de conservation a été effectué. Il semble qu’il doive intégrer le tout nouveau musée de la Classis.

 

Trouvé dans les fouilles du parc Théodoric en 1998, le navire tient son nom de ce parc, situé à environ 100 mètres au nord du mausolée. Il était à une profondeur d’environ 6 mètres du niveau du sol actuel. Théodoric était roi des Ostrogoths de 474 et patricien d’Italie de 493 à 526, le deuxième des rois barbares de Rome.

Les fouilles archéologiques qui ont suivi, effectuées entre 1998 et 1999 par l’archéologue Giovanna Montevecchi de Ravenna Antiqua, ont permis de déterminer le bon état de conservation de l’épave. Selon les découvertes faites à la fois à l’intérieur de la coque et à l’extérieur, comme l’a également signalé Montevecchi, le bateau serait daté du Ve siècle de notre ère.

Le navire de Teodorico a subi un traitement de consolidation achevé depuis plusieurs années : il a été imprégné de PEG, un liquide utilisé comme agent de consolidation pour les découvertes archéologiques trouvées sous l’eau, puis enfermé dans une sorte de coque en fibre de verre. Depuis vingt ans, il se trouve dans un entrepôt de Comacchio fermé au public.

L’épave est conservée sur une longueur de plus de 7 mètres et une largeur de 2,75 mètres.

C’est un bateau à squelette portant où le bordé est encore partiellement lié avec des mortaises et des tenons", a expliqué Stefano Medas, l’archéologue naval qui l’a étudié. Pour G. Montevecchi, ce serait la plus ancienne preuve du processus de changement intervenu dans la méthodologie de construction navale, du « bordé premier » à celle « sur squelette », qui a ensuite été utilisée depuis l’époque médiévale jusqu’à nos jours.