De la même période
Grèce hellénistique
|Déplier Synthèses
|Déplier Analyses
|Déplier Documents
De la même région antique
Iles de l’Egée
|Déplier Analyses
|Déplier Documents
  Grèce hellénistique   :|:   Document
 
Graffito d’une proue de voilier à Délos
réf. : fr.1820.2018 | 18 décembre 2018 | par Francis Leveque
graffiti | Milieu du Ier siècle av. J.-C.
Délos, Iles de l’Egée ( Grèce )
Twitter Twitter

Bien que partiel ce graffito montre de nombreuses composantes des navires. L’auteur a mis en avant certains détails qui lui tenaient visiblement à coeur, comme l’ancre.

 

Le graffito provient de la maison C de l’insula II dans le quartier du théâtre, plus précisément du mur sur de la cour C. Les murs de cette maison datent de la fin de la période hellénistique, vraisemblablement du milieu du Ier s. J.-C. postérieure aux pillages de Délos (88 et 69 av. J.C.). Sur la même paroi se trouvent plusieurs graffiti, dont celui-ci.

Il a été relevé entre 1930 et 1933 par Dominique CARLINI, capitaine de frégate, attaché naval de France à Athènes, avec le concours de l’Ecole Française.

Dimensions :
- hauteur : 35 cm
- largeur 33 cm

De la coque il ne reste que la moitié avant. Celle-ci présente une forme ronde de la quille au sommet de l’étrave où l’on retrouve une décoration composée d’un « noyau » surmonté d’un « crochet ».
Sur le flanc l’auteur a représenté une ancre « moderne » familière avec un jas et un crochet à deux pelles au bout de la verge. L’anneau au sommet de la verge permettait de fixer une corde de relevage. En général ce type d’ancre est stockée grâce à un bossoir, cette poutre horizontale qui dépasse du bordé, mais elle est absente ici.
Par contre l’auteur a tenu à représenter également une petite barque de secours au dessus de l’ancre.

Le mat est implanté verticalement par 2 longs traits qui lui donnent une certaine épaisseur. Ceux-ci se prolongent en bas jusqu’à la quille même si, dans les faits, cette partie là était invisible. Le sommet du mat se termine par une surprenante courbure de laquelle un trait relie la vergue.
Plusieurs traits se rejoignent en un point du sommet du mat, sans doute à l’endroit d’un calcet non représenté. Deux étais vers l’avant et autant vers l’arrière assurent la stabilité du mat.
La vergue est inclinée. Elle est maintenue en haut du mat par 2 traits obliques, l’un vers l’avant (courbe) l’autre vers l’arrière, sans doute des balancines. De l’extrémité gauche de la vergue part un trait vers le pont avant, sans doute un bras.

 
 
     
 

Bibliographie :

  • Carlini, Les galères antiques, in Bulletin de l'Association technique, maritime et aéronautique, vol. 38 , 1934
  • L. Basch, Le musée imaginaire de la marine antique (MIMA), Institut hellénique pour la préservation de la tradition nautique, Athènes , 1987, p.373, fig. 7
  •