Rome Impériale   :|:   Document

Ulysse et les sirènes sur la mosaïque de Dougga
17 décembre 2008 | par Francis Leveque | réf. : fr.365.2008
IIIe siècle ap. J.-C. | [fr] mosaïque
Dougga, Afrique ( Tunisie )

Scène où Ulysse tente de ne pas céder aux sirènes attaché au mat de son navire.

 

La mosaïque de Ulysse et les Sirènes provient du même péristyle que celle figurant Dionysos et les pirates, dans la maison de Dionysos et d’Ulysse à Dougga (Tunisie).

- longueur : 3,80 m
- hauteur : 1,30 m

Ulysse est l’un des héros les plus populaires de l’Antiquité. L’épisode représenté ici est celui où Ulysse résiste au chant des Sirènes.

Le héros grec apparaît debout sur un bateau à deux voiles et à un rang de rame, orné d’une tête humaine et d’une palme, les mains attachées au grand mât pour éviter de succomber au charme fatal de la musique des sirènes. Autour d’Ulysse sont assis ses compagnons, les oreilles bouchées de cire comme le relate la légende.

Au pied d’un escarpement rocheux se tiennent trois sirènes représentées avec un buste de femme auquel s’attachent des ailes et des pattes d’oiseaux. L’une d’elles tient une double flûte, l’autre une lyre, la troisième dépourvue d’instrument est considérée comme la sirène chanteuse.

Sur le navire on distingue encore une caisse de rames d’où émergent 10 avirons et au dessous de laquelle une rangée de 8 rames, sortant directement de la coque, plonge directement dans la mer.

Notons que l’œil à la proue est remplacé par un portrait. Rêverie d’artiste ?

Quand au navire de gauche, il est de la forme très classique de navires de pêche de la région : sa forme ressemble aux navires de guerre. Le stolos se compose d’une petite volute. Le pêche brandit une belle langouste.

 
                 


Bibliographie :


Homère, Odyssée
L. Basch, Le musée imaginaire de la marine antique (MIMA), Institut hellénique pour la préservation de la tradition nautique, Athènes , 1987, p. 477-484, n° 1100
M. Yacoub, Splendeurs des mosaïques de Tunisie, éd. Agence nationale du patrimoine, Tunis , 1995, p. 171-172
 
 
© 2008-2014 Francis LEVEQUE - |