Syrie - Mésopotamie   :|:   Analyse


Document liés :

Transport de bois au palais de Sargon II à Khorsabad

16 mars 2016 | par Francis Leveque | *fr | sculpture | IXe siècle av. J.-C. | Dūr-Šarrukīn (Khorsabad), Mésopotamie
 

Frise composée de cinq dalles sculptées très abîmées, représentant un transport de bois. Elle a pu être en partie reconstituée d’après les dessins exécutés à Khorsabad par Eugène Flandin au milieu du XIXè s., lors de sa découverte par P-E. Botta en 1844. Il n’y a aucune inscription.

La frise était placée sur une façade de la cour d’honneur donnant accès à la salle du trône et intégrée à diverses représentations des peuples soumis. La pierre utilisée est un albâtre gypseux, dit aussi marbre de Mossoul, matériau traditionnel pour tailler les orthostates assyriens, blocs de pierre dressés de chant à la base des murs.

Hauteur : 2,16 m. ; Longueur : 0,33 m. ; Profondeur : 0,24 m

La scène se déroule de droite à gauche :

Dalle AO 19888 : Vingt-huit personnages formant quatre groupes s’affairent au débardage du bois dans un paysage de montagnes. Un stock est déjà prêt en haut. ils sont surveillés par 2 soldats au milieu à droite, et par un 3e personnage orienté à droite. Tous ces hommes portent une tunique court à la mode assyrienne alors que les phéniciens portent une tunique talaire. On n’aperçoit aucun personnage commandant la manœuvre.

Dalles AO 19889 : Deux dalles sont ici réunies. Dix bateaux à proue en forme de tête de cheval et poupe en queue de poisson naviguent sur des flots peuplés d’animaux marins. Sept sont lourdement chargés de poutres embarquées à bord ou remorquées. Les bateaux passent au large de deux cités insulaires fortifiées par deux rangs de murailles. Il s’agirait de Tyr et Arwad. Trois créatures fantastiques, un "homme-sirène " et deux taureaux ailés jouent un rôle protecteur.

Dalle AO 19890 : Trois bateaux arrivent vers un rivage et déchargent les cargaison dont une partie était sur le pont et une aue partie flottait derrière. Un 4e bateau, en haut, s’approche avec une cargaison de bois embarquée. Deux bateaux s’éloignent ; ils disposent d’un mat alors qu’ils n’en ont pas à l’aller. Le déchargement commence sous la protection d’un "homme-sirène ". La mer est poissonneuse, avec même une tortue.

Dalle AO 19891 : La partie haute du relief est une restauration moderne d’une surface manquante. La partie inférieure de la dalle montre le déchargement du bois. Onze hommes portent les poutres au moyen d’une corde. Au pied d’un chemin, se trouve un tas de neuf troncs équarris et perforés pour permettre de passer la corde de traction derrière les bateaux.

.

.



Bibliographie :


 
 
© 2008-2014 Francis LEVEQUE - |