De la même période
Haut Empire Romain
De la même région antique
Campanie
|Déplier Analyses
|Déplier Documents
  Haut Empire Romain   :|:   Document
 
Naumachie de la maison des Vettii - 2
réf. : fr.427.2009 | 7 septembre 2009 | par Francis Leveque
peinture | Milieu du Ier siècle ap. J.-C.
Pompei, Campanie ( Italie )
Twitter Twitter

Opposition de 2 galères pour un spectacle apprécié des romains.

 

Cette peinture est l’une des 4 scènes maritimes situées dans l’un des 2 oecus (forme latinisée du grec oikos) qui peut parfois être utilisée comme un triclinium (la salle de réception des maisons d’habitation ou salle à manger). C’est l’oecus nord-est qui nous intéresse ici (lettre p sur le plan).

La scène qui nous intéresse est comprise dans un cartouche rectangulaire et surmontée d’un masque de théâtre adossé à un panier garni. Les 4 scènes se trouvent dans des cartouches similaires, dont les masques changent, et créent un effet de symétrie vivante.

Cette fresque dans le cartouche montre une naumachie : on y voit des galères, assez simplifiées, visiblement propulsées par 2 rangs de rames au moins, sortant d’une caisse de rames. Une rambarde horizontale (le pavois) reposant sur des étais verticaux borde le pont couvert de soldats armés. Un œil apotropaïque sur les deux faces de la proue donne vie à chaque navire.
Mais les deux navires diffèrent dans la décoration de leur proue et de leur poupe. Pour le navire de droite le faux-stolos de la proue n’est qu’un bouton vers l’avant. L’aplustre de la poupe est courbé en S au dessus d’une cabine à la toiture arrondie. Le navire de gauche dispose d’un faux-stolos surmonté d’une décoration en S. Sa poupe se compose d’un aplustre à feuillage vertical.

A l’arrière plan on distingue des installations portuaires.

Nous repérons deux types de galères ressemblantes mais opposées : elles se suivent par deux et leur trajectoire se croise pour un spectacle de naumachies. Ces naumachies se déroulent dans un espace clos pour un public qui vient au spectacle simulant un combat naval. Si les navires sont visiblement simplifiés, aucun des éléments dont ils sont pourvus ne heurte la vraisemblance.

L. Basch n’a pas publié les 4 scènes, mais seulement l’une d’elles.

 
 
           
 

Bibliographie :

  • L. Basch, Le musée imaginaire de la marine antique (MIMA), Institut hellénique pour la préservation de la tradition nautique, Athènes , 1987, p.442-443, n° 972
  • S. Giuntoli, Arte e storia di Pompei, Bonechi, Florence , 1989, p.100
  •  
     
     
     
    © 2008-2014 Francis LEVEQUE - |