De la même période
Croissant fertile

  Croissant fertile   :|:   Analyse

Modèles provenant du cimetière royal d’Ur et d’autres batiments

23 avril 2016 | par Francis Leveque | *fr | modèle | XXVIe siècle av. J.-C. | Ur, Sumer ( Irak )
 

Symbole du passage vers la mort ou outil de transport de nourriture pour le défunt, ces bateaux devaient être d’un usage régulier pour figurer dans les tombes d’Ur.

Ur a été localisée sur le tell al-Muquaiyar, à 200 kilomètres au nord-ouest de Bassorah. En 1922, une campagne de fouilles conduite par le British Museum et l’université de Pennsylvanie, sous la direction de Leonard Wooley, est engagée sur le tell al-Muquaiyar pendant 6 saisons d’hiver.

Sous la Ière dynastie (XXVe siècle), Ur domine une partie de Sumer avant de passer sous la domination d’Akkad (XXIIIe siècle), de Lagash puis d’Uruk (XXIIe siècle).
Ur parvient à son apogée grâce au commerce florissant. Ses navires partent de la cité vers les côtes arabes, l’Iran et dans la vallée de l’Indus. Saccagée en 2003 par les Élamites, Ur reste encore pendant un siècle le port de commerce avec le Dilmun, royaume du golfe persique correspondant à Bahreïn.

Les marchands qui arrivaient à Ur devaient franchir les immenses murailles de briques crues. L’Euphrate baignait les murs de la ville, sans doute amené jusque là par des canaux. On a retrouvé les traces de deux ports avec des docks, des entrepôts et des quais.

Le cimetière royal d’Ur, daté du XXVIe siècle av. J.-C., contient plus de 1 800 tombes, dont 16 tombes qualifiées de « royales » en raison de leur forme particulière, de leur fabuleuse richesse et de la présence de serviteurs accompagnant leur maître dans la mort. Plusieurs modèles de bateau enregistrés de U.8846 jusqu’à U.8849 provient probablement de cette série de sépultures, dans la strate supérieure du cimetière royal.

Le bitume est une forme naturelle du pétrole. Visqueux ou semi-solide, il est également connu comme le goudron, l’asphalte, ou la poix. Souvent mélangé avec d’autres matériaux, il a été utilisé dans le monde antique - et aujourd’hui encore - comme un produit d’étanchéité, de mortier, de colle ou comme nous le voyons ici, un matériau de modélisation.

Les modèles de bateau en bitume sont généralement accompagnés d’un ou plusieurs pots, en argile ou en cuivre. Les fonds de ces pots ont presque toujours laissé une empreinte comme si le bitume étaient encore un peu humide quand ils ont été placés à l’intérieur.



Bibliographie :


L. Woolley , The Royal Cemetery : A Report on the Predynastic and Sargonid Graves Excavated Between 1926 and 1931, Philadelphie , 1934
R. L. Zettler et L. Horne, Treasures from the Royal Tombs of Ur, Philadelphie , 1998
 
 
© 2008-2014 Francis LEVEQUE - |