De la même période
Syrie - Mésopotamie
|Déplier Synthèses

  Syrie - Mésopotamie   :|:   Document

Modèle chypriote de bateau de transport (6)
17 octobre 2014 | par Francis Leveque | réf. : fr.1064.2014
VIe siècle av. J.-C. | [fr] modèle - terre cuite
Chypre ( Chypre )

Bateau de guerre ou de transport de marchandises, ce modèle est très détaillé. Son auteur a dû s’appuyer sur une bonne connaissance ou une bonne observation d’un navire original.

 

Ce modèle en terre cuite provient de la collection Cesnola. Il a été acheté par le musée en 1874-1876 grâce à une souscription. Il provient sans doute de Chypre et il est daté de la période Chypro-Archaïque II (600-480 av. J.-C.).

Ce modèle de transport est très détaillé. La coque est ronde avec une quille plate. Deux préceintes sont visibles au dessus du niveau de flottaison qui doit se trouver à hauteur de l’éperon à l’avant. Les 2 préceintes se joignent à l’avant au contact d’une étrave(?) verticale et se prolongent à l’arrière par 2 petites projections. A la proue, le stolos est brisé à sa base.
Au dessus du plat bord 2 lisses maintenues pas des piquets verticaux ceinturent l’espace constitué par le pont et le gaillard arrière où se trouve le timonier.
L. Basch relevait quelques détails sur l’aphlaston qui ramène ce modèle à une tradition chypriote : il représente une tête humaine où l’œil est souligné par un sourcil bien marqué, et un nez pointu. Une galerie entoure l’aphlaston.
A l’intérieur, un petit cylindre (l’étambrai) devait recevoir une petite baguette de bois pour y fixer le mat. Deux barres, l’une à la proue et l’autre à la poupe, sont interprétées par L. Basch comme des points d’attache des hypozômata, ces cordages qui servaient à tendre le navire et le consolider.
A l’extérieur, 2 barrots sortent de la coque de chaque de la proue. On en retrouve un autre à la poupe pour soutenir les gouvernails.

Dimensions :
- Hauteur : 17,8 cm
- Longueur ; 25,5 cm

V. Karageorghis voyait en ce modèle un bateau de guerre puisqu’il est doté d’un éperon. Je le trouve bien rond pour cet usage. Lionel Casson y voyait plutôt un navire marchand. L. Basch expliquait pourquoi la ligne de flottaison devait forcément passer par l’éperon mais il y voyait un bateau de guerre du type de Syros.

 
        


Bibliographie :


J.L. Myres, Handbook of the Cesnola Collection of Antiquities from Cyprus, The Metropolitan Museum of Art., New York , 1914, n° 2127
L. Casson, Les marins de l’Antiquité, Paris , 1961
L. Casson, Ships and Seamanship , 1973, p. 67
L. Basch, Le musée imaginaire de la marine antique (MIMA), Institut hellénique pour la préservation de la tradition nautique, Athènes , 1987, p. 252-254, n° 536-542
V. Karageorghis, Dr. J.R. Mertens, E.R. Marice, Ancient Art from Cyprus : The Cesnola Collection in The Metropolitan Museum of Art, The Metropolitan Museum of Art, New York , 2000, n° 253
 
 
© 2008-2014 Francis LEVEQUE - |