De la même période
Egypte pharaonique
|Déplier Analyses

  Egypte pharaonique   :|:   Analyse

Les tombes de notables de Beni Hassan

2 janvier 2015 | par Francis Leveque | *fr | sépulture | XXe - XIXe siècle av. J.-C. | Beni Hassan, Egypte (Moyenne Egypte) ( Egypte )
 

Beni Hassan est le nom arabe contemporain d’un village de Moyenne Egypte. La nécropole se situe sur la rive droite du Nil, à 20 km au sud de Al-Minya, non loin d’El-Amarna, à 270 km au sud du Caire.

La nécropole se compose de 39 hypogées creusées dans la falaise pour la plupart sous les XIe et XIIe dynasties (2134-1991 / 1991-1802 av. J.-C.). Parmi elles, 10 présentent de remarquables décors peints. Leurs propriétaires sont des nomarques du nome Oryx ou des dignitaires régionaux. Elle domine la nécropole des personnages au service des nomarques qui rassemble quelque 900 tombes-puits fouillés entre 1902 et 1904 par John Garstang.

Dans sa grande inscription autobiographique, Khnoumhotep II explique qu’au temps de son grand-père maternel Khnoumhotep Ier, le roi Amenemhat Ier a réorganisé le nome de l’Oryx en le divisant en deux moitiés séparées par le Nil. L’administration de la partie ouest fut confiée au gouverneur du nome de l’Oryx qui résidait dans la ville d’Her-Our sur la rive ouest tandis que la direction de la partie est revint au chef du désert oriental dont le siège s’établissait dans la ville de Menat Khoufou, près de Béni Hassan.

Liste des tombes de beni Hassan (BH_)

- Tombe 2 : Amenemhat (Ameny), nomarque sous Sésostris Ier (de sa 18e à sa 43e année)
- Tombe 3 : Khnoumhotep II, nomarque sous le règne de 3 pharaons de la 12e dynastie : Amenemhat II et Sésostris III (vers 1910-1890 av J.-C.)
- Tombe 4 : Khnoumhotep IV, nomarque à la fin de la 12e dynastie (vers 1890-1840 av. J.-C.)
- Tombe 13 : Khnoumhotep III, scribe royal sous la 12e dynastie (vers 1890-1880 av. J.-C.) puis vizir de Sésostris III (vers 1880-1840 av. J.-C.)
- Tombe 14 : Khnoumhotep I, nomarque sous Amenemhat Ier (vers 1990-1960 av. J.-C.)
- Tombe 15 : Baket III, nomarque sous la 11e dynastie (XXIe s. av. J.-C.)
- Tombe 17 : Khety, nomarque sous la 11e dynastie, fils de Baket
- Tombe 21 : Nakht, nomarque sous la 12e dynastie
- Tombe 23 : Netjernakht, chef du Désert Oriental sous la 12e dynastie
- Tombe 27 : Rémouchenty, nomarque sous la 11e dynastie
- Tombe 29 : Baket I, nomarque sous la 11e dynastie
- Tombe 33 : Baket II, nomarque sous la 11e dynastie

Ordre chronologique

XIe dynastie
Baket I
Baket II
...
Rémoushenty
+ Baket III, sous Mentouhotep II (vers 2060-2010 av. J.-C.)
++ Khety
+++ Netjernakht ?
XIIe dynastie (changement de famille)
Khnoumhotep I : sous Amenemhat I (vers 1990-1960 av. J.-C.)
+ Nakht
+ Baket
... Amenemhat (Ameny) : sous Sésostris Ier, de sa 18e à sa 43e année (vers 1950-1925 av. J.-C.) [seul nomarque sans lien familial]
++ Khnoumhotep II, de la 19e année de Amenemhat II à la 6e année de Sésostris II (vers 1910-1890 av J.-C.)
+++ Khnoumhotep III, vizir de Sésostris III (vers 1880-1840 av. J.-C.)
+++ Khnoumhotep IV

Le décor des tombes

De toutes les nécropoles du Moyen Empire en Moyenne-Égypte dont Assiout et el-Bercheh celle des nomarques de Béni Hassan offre le décor le mieux conservé, essentiellement des peintures, l’usage du relief est très limité.

La plupart des thèmes des tombes de Béni Hassan sont hérités de l’Ancien Empire. Mais certains sont traités différemment. Les couples de lutteurs par exemple sont déjà présents dans la tombe de Ptahhotep à Sakkara. Mais à Béni Hassan, ils figurent dans un contexte militaire. Mais surtout, le thème des lutteurs connaît un développement unique. Les lutteurs se multiplient au point d’occuper une paroi entière dans les tombes de Baket III (BH 15), Khéty (BH 17) et Amenemhat (BH 2).

De nouveaux thèmes apparaissent comme le pèlerinage du défunt aux villes saintes d’Osiris, Abydos et Busiris ou le voyage aller-retour à Abydos. On remarque que les dieux sont encore absents du décor. Jamais figurés, ils sont cependant mentionnés dans les formules d’offrandes.

Le mort accomplit symboliquement le pèlerinage à Abydos et Busiris, les villes saintes d’Osiris. La scène est peut-être déjà présente dans la tombe 29, la première qui fut décorée, où subsistent des traces de représentations de bateaux. Mais la scène à laquelle se rattachent les navires est détruite et donc impossible à identifier. Le pèlerinage est attesté avec certitude dans les tombes 15 de Baket III et 17 de Khéty. Il revient dans les tombes 2 et 3 où il est figuré de la manière qui sera définitivement la sienne. Chez Amenemhat (tombe 2), il est placé sur le mur est près de la niche vouée au culte (mur sud à la rame, une barque, mur nord la momie). Les barques descendent le courant vers le nord en direction de Busiris et le remontent vers le sud en allant à Abydos. Dans les trois autres tombes, le pèlerinage se positionne sur le mur ouest, le plus proche de l’entrée et du monde extérieur.

La chasse et la pêche sont des thèmes récurrents. Comme dans les tombes de l’Ancien Empire, ils chassent les oiseaux au filet ou ils les attrapent à l’aide de pièges. Ils pêchent à partir d’embarcations en papyrus et capturent les poissons dans des filets. Sur l’eau, les hommes s’amusent en se livrant à des joutes et en cherchant à se déséquilibrer d’une embarcation à l’autre.



Bibliographie :


P.E. Newberry, Beni Hasan. Part I–IV, Londres , 1893–1900
F. Maruéjol, La nécropole des chefs du nome de l’Oryx et des chefs du désert oriental à Béni Hassan au Moyen Empire, in Conference Beni Hassan, institut Khéops, Paris , 2003
F. Maruéjol, La tombe de Khnoumhotep II à Béni Hassan, in Egypte Afrique & Orient, vol. 31, L, institut Khéops, Paris , 2003
 
 
© 2008-2014 Francis LEVEQUE - |