Haut Empire Romain   :|:   Document

Musée archéologique national de Naples




Analyses liées

  • Déplier Documents de Pompei
  • Déplier Arianne abandonnée par Thésée
  • Déplier Pompei - La maison du poète tragique


  • Thèmes liés

    départ - mythologie - voile pliée

    Termes techniques liés

    mat - hauban - passerelle - balancines - aplustre

    Liens Internet

    Ariane et Thésée dans l’antiquité

    Le réveil d’Ariane - Pompei - Maison de poète Tragique
    24 décembre 2009 | par Francis Leveque | réf. : FR.438.2009
    Ier siècle ap. J.-C. | [fr] peinture
    Pompei, Campanie ( Italie )
     

    Cette fresque provient de la maison du Poète tragique (Pompéi, VI, 8, 5), et plus précisément du triclinium. Elle est attribuée au IVe style, d’époque flavienne. Peut-être est-ce la copie d’une peinture grecque de la fin du Ve s. avant J.C. Elle est maintenant conservée à Naples au Museo Archeologico Nazionale. Elle représente le réveil d’Ariane. Elle est très ressemblante à celle découverte dans la pseudo villa impériale.

    La scène se déroule après que Thésée soit sorti du Labyrinthe. Il se retourne vers Ariane qu’il abandonne sur une île. Une déesse armée, casquée et protégée par un bouclier, apparaît au dessus du décor. C’est Athéna qui vient prévenir le héros qu’Ariane est promise à Dionysos et qu’il doit renoncer à elle. Son visage (les yeux sont globuleux) exprime son énorme déception. Cette version du mythe est la plus ancienne racontée dès le Ve s. par Phérécyde d’Athènes, puis par Apollodore d’Athènes.

    Thésée monte dans le navire à l’invitation de l’un de ses marins. Il marche sur une passerelle qui, de toute évidence, lui permet d’accéder au milieu du navire. On distingue bien derrière lui la poupe courbe qui remonte très haut et se termine par une aplustre.


    Dans la même maison, dans le cubiculum, était représenté aussi Ariane abandonnée par Thésée.

    Voir aussi la description et la planche de Sir William Gell (1777-1836), Pompeiana (sur le site "Méditerranées")

     
               


    Bibliographie :


     
     
    © 2008-2014 Francis LEVEQUE - |