Occident pré-Romain   :|:   Analyse

Le bateau de Hjortspring

29 décembre 2013 | par Francis Leveque | *fr | épave | IVe siècle av. J.-C. | Baltique ( Danemark )
 

Ce bateau est le plus ancien témoin de la batellerie scandinave. Les premiers vestiges ont été découverts par hasard dans une tourbière d’Hjortspring dans l’île d’Als au Danemark.

En 1920 après la fin de la guerre et la réunification du Sønderjylland avec le Danemark, Jens Rabenle, responsable du musée local de Sønderborg, écrit au Musée national du Danemark pour faire part de la découverte. Des fouilles sont entreprises en 1921 et 1922 par l’archéologue Gustav Rosenberg.

Le bateau est extrait en mauvais état à la suite de l’exploitation de tourbes. Le travail de Fr. Johannsen permit cependant une reconstitution fidèle.



Le bateau mesure 21 m de longueur hors-tout (13 m de longueur intérieur utile) sur 2 m de large, pour un poids à vide d’environ 500 kg.

On estime sa construction vers 350 av. J.-C. sans pouvoir en localiser le lieu exact. Sa destruction fait partie d’une cérémonie, une offrande dans un lac qui est aujourd’hui devenu une tourbière.

Le bateau est constitué de l’assemblage de 2 virures (qui ne font pas plus de 3 cm d’épaisseur) par côté et d’une planche centrale servant de quille. Elles sont assemblées entre elles à l’aide de cordages passant dans des trous prévus à cet effet. Les planches se recouvrant légèrement, on peut considérer cet assemblage comme le premier exemple de bordage à clin.

Les couples en noisetier sont taillés et posés après le bordé. L’ensemble est fixé par des cordes passant par des cales qui font partie intégrante des virures (elles ont été taillées dans le bois de la virure).

Aux extrémités se trouvent des pièces de bois prolongées par deux branches courbées, cette structure bifide devait vraisemblablement servir de taille-mer en protégeant la coque des vagues trop fortes mais aussi à stabiliser la barque. Il en résulte une silhouette originale mais qu’on retrouve peut être sur certaines gravures.


Équipé de dix bancs de nage, il pouvait emmener un équipage d’une vingtaine d’hommes pour un poids avec équipement d’environ 2500 kg.

Le bateau est propulsé à l’aide de pagaies. Comme il est totalement symétrique, il peut se déplacer dans les 2 sens.

La barque est de nouveau visible au Musée national du Danemark à Copenhague depuis 1986, après un retrait dans les années 1960 pour une nouvelle restauration.



Bibliographie :


J. Jensen, The Hjortspring Boat Reconstructed, in Antiquity , vol. 63, n° 240, Portland Press, Colchester , 1989
O. Crumlin-Pedersen, A. Trakadas, Hjortspring, A Pre-Roman Iron-Age Warship in Context, in Ships and Boats of the North, vol. 5, The Viking Ship Museum, Roskilde , 2003
 
 
© 2008-2014 Francis LEVEQUE - |