De la même période
Haut Empire Romain
  Haut Empire Romain   :|:   Document
 
La stèle du nauclère Julius Kallinikos
réf. : fr.720.2013 | 28 avril 2013 | par Francis Leveque
stèle | IIe siècle ap. J.-C.
Sinope, Bithynie - Pont ( Turquie )
Twitter Twitter

Touchant message d’un nauclère mort de maladie et ayant une pensée pour son frère mort en mer. La double représentation d’un navire de taille différente renforce ce lien familiale.

 

Stèle de Sinope (?) de l’ancienne province de Bithynie-Pont au bord de la Turquie.

En haut de la stèle, on distingue le buste d’un homme jeune et derrière lui, à droite, celui d’un jeune garçon. Et en bas de la stèle, un petit bateau et un grand. L’inscription en grec est écrite entre les deux.

Le petit bateau an bas à gauche est figuré simplement en quelques traits. Mais on reconnait bien la coque ronde et la voile carrée des navires de commerce.

Le plus grand bateau est représenté avec bien plus de soin. De sa coque ronde sortent 2 gouvernails dont on ne voir que la pelle, donc ils sortent d’un caisse de protection. Un personnage assis semble être le timonier.
L’étrave et la poupe s’élèvent bien haut et se terminent par un bord horizontal. Cela donne un sentiment de symétrie.
La voile carrée est déployée sur un mat et une vergue. L’auteur a bien fait figurer les renforts des coutures. Au sommet on repère une voile triangulaire entre le sommet du mat et la vergue, reconnaissable également sur un sarcophage de Sinope également. Sur les deux réalisations funéraires les bateaux vont par 2, de tailles différentes.
Les câbles de maniement de la voile (les cargues) sont attachés au pied du mat. Un étai relie le sommet du mat à la proue.

texte de l’inscription :
"Salut passant !
Moi Kallinikos, qui ai survécu à bien des tempêtes,
ma dernière navigation fut celle du Léthé.
La mer ne m’ayant pas englouti dans ses abîmes,
la terre m’a fait mourir d’une grave maladie, à l’âge de trente-deux ans,
me pressant d’aller suivre le sort de mon jeune frère
Kalligonos, mort il y a longtemps
après seulement quatorze ans d’une noble vie.
Ainsi l’ont voulu les décrets des Moires.
Ci-gît Julius Kallinikos, nauclère."

 
 
        
 

Bibliographie :

  • L. Basch, Le musée imaginaire de la marine antique (MIMA), Institut hellénique pour la préservation de la tradition nautique, Athènes , 1987, p.474, n° 1088
  • , Bulletin de Correspondance Hellénique (BCH), École française d'archéologie d'Athènes, Athènes ; Paris , vol. 44-1920, p.354, n° a
  • W. Peek, Griechische Vers-Inschriften (GVI), vol. I, Grab-Epigramme , Akademie-Verlag, Berlin , 1955, n° 1713
  • R. Merkelbach; J. Stauber, Jenseits des Euphrat (Merk.-Staub.), K. G. Saur, München ; Leipzig , 2005, vol. II, p.334, n° 10/06/08
  • coll., Inschriften griechischer Städte aus Kleinasien (IK 1), vol. I, R. Habelt, Bonn , 1979, vol. Sinope, n° 169
  •  
     
     
     
    © 2008-2014 Francis LEVEQUE - |