De la même période
Crète minoenne
|Déplier Analyses
De la même région antique
Iles de l’Egée
|Déplier Analyses
|Déplier Documents

  Crète minoenne   :|:   Document

La cabine des fresques d’Akrotiri
9 octobre 2008 | par Francis Leveque | réf. : FR.247.2008
Début du IIe millénaire av. J.-C. | [fr]
Théra (Santorin), Iles de l’Egée ( Grèce )
 

L’île de Théra fut anéantie vers 1645 av. J.-C. (datation grâce au carbone 14) par l’explosion du volcan situé en son cœur, ne laissant subsister qu’un anneau fragmenté couvert de couches de lave et de pierre ponce. Les fouilles menées par S. Marinatos à Théra à Akrotiri, au sud de l’île de Théra, ont mis au jour les habitations abandonnées par ses habitants avant la catastrophe.

Les fouilleurs ont découvert plusieurs fresques dans la Maison de l’Ouest : notamment dans salle de séjour (n°5) et la chambre à coucher (n°4).

Ces fresques ont été découvertes en 1972. Elles avaient été datées à l’époque de 1500 av. J.-C. grâce aux céramiques qui y étaient associées. On les date aujourd’hui plutôt du XVIIe s. grâce à une datation au carbone 14.

La fresque de la salle 4

Dans la chambre, un motif est reproduit plusieurs fois grandeur nature. On s’est beaucoup interrogé sur la nature de ce motif. La solution est venu de l’examen approfondi des autres fresques.

On retrouve en effet ce motif sur les navires de la salle voisine. Il s’agit d’une cabine de poupe abritant les personnes importantes. La cabine comporte le même décor, avec des fleurs de lys, les guirlandes, le hiéroglyphe ouaz (tige de papyrus, emblème de Bouto en Basse Egypte).

Autres fresques maritimes de la Maison de l’Ouest

Cette fresque décorative se trouvait dans la chambre de la Maison de l’Ouest qui comportait également d’autres fresques :
- un paysage de végétation subtropical, centré autour d’un fleuve, aux berges couvertes d’arbustes et de palmiers, avec au loin le désert. La végétation devient méditerranéenne à l’une des extrémités (on y voit des chênes, des pins et un lion poursuivant un troupeau de cerfs).
- une ville au bord d’un littoral rocheux, avec des navires accostant à son port. La ville semble sur le point d’être prise par des guerriers égéens.
- La grande fresque du séjour représente le voyage de nombreux navires allant d’une ville à l’autre.

 
        


Bibliographie :


L. Basch, Le musée imaginaire de la marine antique (MIMA), Institut hellénique pour la préservation de la tradition nautique, Athènes , 1987, p. 118, n° 229
 
 
© 2008-2014 Francis LEVEQUE - |