De la même région antique
Latium
|Déplier Analyses
|Déplier Documents
De la même période
Haut Empire Romain

  Haut Empire Romain   :|:   Analyse

La Table Iliaque Capitoline

4 novembre 2016 | par Francis Leveque | *fr | sculpture | 3e quart du Ier siècle av. J.-C. | Rome, Latium ( Italie )
 

Récit par l’image de l’Iliade dont le contenu est comparable à ce que nous a transmis Homère, cette plaque expose la tragédie de Troie et de ces combattants soutenus par leurs dieux. Au milieu de cela, les navires sont des moyens de transport, des abris ou des cibles selon le point de vue de chacun des protagonistes.

Cette plaque de marbre (Palombino) a été découverte en 1683 à l’Osteria delle Fratocchie près du site de l’ancienne Bovillae, une cité latine au sud de Rome. Elle est maintenant conservée au musée du Capitole à Rome. Il s’agit d’un très bas relief avec inscriptions grecques daté du début de la période augustéenne. Elle appartient à une série de 19 plaques connues portant le thème de la Guerre de Troie racontée par Homère.

Dimensions :
- hauteur : 28,3 cm
- largeur : 25,1 cm

Le contenu de la plaque est très bien expliqué dans mediterranee.net. Aussi je ne reprendrais pas ici le détail de chaque scène, je me contenterai de notre sujet principal sur la navires. Ceux-ci sont visibles à plusieurs reprises, non pas comme l’élément principal du sujet mais comme un élément du contexte de certaines scènes.

Cependant l’alignement des navires grecs devant la colonne figurant le cap Sigée (ΣΕΙΓΑΙΟΝ) structure l’espace inférieur de la plaque. Le vide marin autour de ces navires alignés permet d’y écrire une partie du récit.

Il a été suggéré que les bateaux des grecs sont tirés sur la grève dans cette scène. Or celle-ci se trouve à droite, là où se trouve la colonne Sigée. Les bateaux font face à la côte. Leur long alignement souligne leur nombre, leur importance et leur force. Lorsqu’ils atteindront la grève ils seront tirés sur le sable par la poupe, car l’inverse est impossible : le lourd éperon se planterait dans le sable et empêcherait de tirer le navire.

A droite de cette scène initiale de l’histoire est insérée la scène finale dans la quelles Enée fuit sur un bateau avec Anchise et les objets sacrés. Le bateau dispose d’une voile et le timonier Misène apporte son gouvernail sur l’épaule. Les nombreuses rames sont déjà apprêtées. Ils montent sur une passerelle de la poupe. L’orientation du bateau vers la droite suggère bien la possibilité de fuite, en s’éloignant de la flotte grecque (alors que vers la gauche on aurait l’impression qu’il se jette dans la gueule du loup).

L’autre scène où les bateaux ont une importance correspond au chant XV de l’Iliade. Les troyens tentent de bruler les bateaux des grecs sur la plage. Parmi les principaux combattants, on reconnait « Ajax armé de sa lance et Teucer de son arc, debout sur la poupe, tandis qu’Hector (Ἕκτωρ) lance une torche en direction du navire (vers 718). Caletor (Καλήτωρ) tué par Ajax gît aux pieds d’Hector. Hélénos, Clitos, Pâris et Enée (Ἕλενος, Κλίτος, Πάρις, Αἰνήας), en hauteur, tirent des flèches vers les navires. » (Th. Schreiber, Traduction Agnès Vinas).



Bibliographie :


O. Jahn, Griechische Bilderchroniken, Bonn , 1873
T. Schreiber , Atlas of Classical Antiquities, Londres , 1895
U. Mancuso, La Tabula iliaca del Museo capitolino, Rome , 1911
A. Sadurska, Quelques remarques sur l’iconographie d’Homère, in Bulletin de correspondance hellénique, vol. 86/2 , 1962
A. Sadurska, Les tables iliaques, Warschau , 1964
N. Horsfall, Tabulae Iliacae in the Collection Froehner, Paris, in Journal of Hellenic Studies, vol. 103 , 1983
C. Dognini, La ’via del corallo’ e l’influenza dell’Eneide di Virgilio sulla tabula iliaca del Gandhara, in Aevum, vol. 1 , 2001
N.V. Montenegro, Die Tabulae Iliacae. Mythos und Geschichte im Spiegel einer Gruppe frühkaiserzeitlicher Miniaturreliefs, Berlin , 2004
M. Squire, The Iliad in a Nutshell. Visualizing Epic on the Tabulae Iliacae, Oxford University Press, Oxford , 2011
D. Petrain, Homer in Stone. The Tabulae Iliacae in their Roman Context, Cambridge University Press, Cambridge , 2014
 
 
© 2008-2014 Francis LEVEQUE - |