De la même période
Croissant fertile

  Croissant fertile   :|:   Analyse


Liens Internet :


Les premières occupations humaines de Chypre

Une colonisation précoce


6 janvier 2015 | par Francis Leveque | *fr | VIIIe - IXe millénaire av. J.-C. | Chypre ( Chypre )
 

L’étude de l’insularité de Chypre à une époque ancienne permet d’appréhender le sujet de la navigation. Les documents directs sont rares et il faut s’aider d’indices connexes pour envisager l’analyse d’une marine ayant existé. Car il a bien fallu que les hommes traversent la centaine de kilomètres séparant l’île du continent.

Les premières implantations

Il existe des preuves de fréquentation de la partie méridionale de l’île par des hommes au Xe millénaire av. J.-C. sur le site d’Akrotiri-Aetokremnos [1]. A cette époque l’homme ne s’est encore jamais implanté sur l’île dans laquelle on ne trouve aucun mammifère domesticable [2].

Les premiers agriculteurs de Chypre ont été repérés dans la seconde moitié du IXe millénaire sur les sites de Shillourokambos, Teuta et Mylouthkia. Ils sont contemporains du Néolithique précéramique B du Levant, phase ancienne A (vers 8700-8000 av. J.-C.). Ils développent une architecture en bois et en torchis, et construisent de grands enclos [3].

Le développement des communautés villageoises

Au VIIIe millénaire on constate une implantation plus dense de communautés agricoles [4]. Les habitants construisent maintenant avec des pierres et du pisé [5]. Les fouilles révèlent l’existence de faucilles en silex vers 7900-7600 av. J.-C. [6] Elles servent à la récolte des blés attestés très tôt : l’amidonnier qui domine et l’orge qui présente encore des caractères sauvages [7].

Le site de Shillourokambos a révélé plus de 400 lamelles d’obsidienne alors que les autres sites n’en comptent que quelques dizaines. Au delà de l’importance du site il faut concevoir des échanges réguliers entre l’île et le continent car l’analyse de l’obsidienne a démontré son origine de Cappadoce, très exactement des gisements issus des volcans Gollu Dag et Nenezi [8].

Les bovins sont présents dans les restes de fouilles dès la période ancienne 8200-7500 av. J.-C. avec les porcs les moutons et les chèvres. Le porc est déjà de petite taille et a donc déjà subi l’évolution de l’élevage. Les caprins montrent à leurs débuts un squelette encore peu marqué par la pression humaine [9]. Ils ont donc été apportés sur l’île au tout début de l’élevage.

Au cours de cette période l’homme a même importé une espèce sauvage : les daims [10].

Chypre se replie sur elle-même ?

Dans le seconde moitié du VIIIe millénaire le silex local de moins bonne qualité est davantage exploité [11]. Dans le même temps on constate une raréfaction de la présence de bovins [12]

Au VIIe millénaire l’île ignorait encore la céramique alors qu’elle est déjà présente sur le littoral, de la Cilicie à la côte levantine [13].

Des embarcations pour une colonisation

On ne connait rien des embarcations utilisées pour déplacer les hommes qui ont maintenu des liens entre Chypre et le continent. Pourtant ils ont réussi à transférer sur l’île des animaux domestiqués en assez grand nombre pour permettre leur propre élevage. Dès le IXe millénaire ils avaient embarqué bovins, porcs et chèvres pour une traversée somme toute assez longue. Ils ont nécessairement utilisé des embarcations capables de recevoir ces animaux de grande taille et remuants. J’ai du mal à imaginer qu’une simple pirogue suffise à un tel usage.

Les colons chypriotes ont donc utilisé dès le IXe millénaire des embarcations de grande taille. Ils l’ont fait à de nombreuses reprises pour apporter un cheptel conséquent à des communautés ayant décidé de s’installer définitivement. Il ne s’agit plus là d’une simple fréquentation mais d’un véritable changement d’état d’esprit. Quelles étaient leurs motivations ? La nécessité de trouver de nouvelles terres pour permettre à une population en forte croissance de survivre a-t-elle primé sur le potentiel agricole d’une île vierge offert à des aventuriers ?



Bibliographie :


J. Guilaine, De la vague à la tombe, La conquête Néolithique de la Méditerranée, Seuil, Paris , 2003
T. Cucchi, J.-D. Vigne , Premières navigations au Proche-Orient : les informations indirectes de Chypre, in Paléorient, vol. 31, Anciennes exploitations des mers et des cours d’eau en Asie du Sud-Ouest. Approches environnementales , 2005
 
 
© 2008-2014 Francis LEVEQUE - |