Occident pré-Romain   :|:   Document

L’épave phénicienne de Bajo de la Campana
27 novembre 2016 | par Francis Leveque | réf. : fr.1426.2016
VIe - VIIe siècle av. J.-C. | [fr] épave
Hispanie ( Espagne )

Cette épave, dont il ne reste rien de bateau, révèle une cargaison témoignant du commerce phénicien sur les côtes ibériques. Le métal et des produits de luxe côtoient des céramiques ordinaires.

 

Le site de de Bajo de la Campana a été découvert en 1950 puis étudié en 1972 et 1988. Une campagne régulière est lancée depuis 2008 par l’ARQUA (Museo Nacional de Arqueología Subacuática) de Carthagène. Il y a au moins trois épaves antiques. Les matériaux des trois assemblages ont été datés du Ier siècle ap. J.-C. (romain), IIe siècle av. J.-C. (Punique / Romain), et du VII/VIe siècle av. J.-C. (Phénicien).

Dimensions :
- longueur : 20 m

L’épave phénicienne contient des céramique dont une amphore de type Ramon T-2.1.1.2 est est caractéristique de la 2e moitié du VIIes s. et du début du VIe s. pour les régions de méditerranée centrale. Elle git pat 2 m de fond, au pied d’une falaise et à proximité de rochers autrefois certaines visibles à la surface. Malheureusement aucune structure du navire n’a survécu. Les archéologues ne fouillent que la cargaison. Celle-ci comporte 13 défenses d’éléphant, plus de 200 lingots d’étain, quelques lingots de cuivre, et une abondante quantité de galène, ce sulfite de plomb contenant de l’argent et d’autres métaux. la céramique comprenait des amphores, des mortiers, des lampes, des bols et des assiettes.

Le commerce d’ivoire

Cette épave phénicienne présente l’intérêt de témoigner du commerce et des interactions technologiques qui se tissent à travers le bassin méditerranéen à la période dite orientalisante, traditionnellement comprise entre le VIIIe et le début du VIe siècle av. J.-C.

La découverte de treize défenses d’éléphants transportées à l’état brut témoigne sans doute de relations directes entre les côtes africaines et l’Espagne.
Certaines défenses de cette cargaison présentent des graffitis en phénicien mentionnant les divinités Melqart (« RMLK ») et Astarté (« DB STRT »), données épigraphiques confirmant une provenance orientale, voire punique, de leur transporteurs.

Dimensions de l’une des défenses :
- Longueur : 880 mm
- Diamètre : 85 mm

Seule une analyse ADN pourra déterminer l’origine exacte de ces éléphants. Il est toutefois probable qu’il s’agisse, dans cette épave, d’éléphants d’Afrique. Sa présence est attesté dans la vallée du fleuve Loukos dans le nord du Maroc dans des niveaux archéologiques d’époque phénicienne à Lixus.
La péninsule ibérique a livré plusieurs ensembles d’ivoires travaillés (parmi ceux-ci : ceux des tombes indigènes des Alcores de Carmona (Séville) et de la nécropole de Medellin en Estrémadure, datés entre les VIIIe et VIe siècles).

 
              


Bibliographie :


, Iron Age Phoenician Shipwreck Excavation at Bajo de la Campana, Spain : Preliminary Report from the Field, in Between Continents: Proceedings of the Twelfth International Syposium on Boat and Ship Archaeology , N. Günsenin, Oxford
, El yacimiento submarino del Bajo de la Campana (Cartagena, Murcia). Catálogo y estudio de los materiales arqueológicos, in Cuadernos de Arqueología Marítima, vol. 3 , 1995
A. Mederos Martín, L.A. Ruiz Cabrero, El pecio fenicio del bajo de la Campana (Murcia, España), in Zephyrus, vol. 57 , 2004
M. Polzer, J. Reyes, Phoenician Rising : Excavation of the Bajo de la Campana Site Begins, in The INA Annual , vol. 2 , 2008
M. Polzer, J. Reyes, Bajo de la Campana 2009 Phoenician Shipwreck Excavation, in The INA Annual, vol. 3 , 2009
H. Le Meaux, L’iconographie orientalisante de la péninsule Ibérique : questions de styles et d’échanges : VIIIe-VIe siècles av. J.-C., Casa de Velázquez, Madrid , 2010, p. 139
M. Polzer, J. Reyes, The Final Season of the Claude and Barbara Duthuit Expedition to the Bajo de la Campana, Spain Excavation of a Late Seventh–Century B.C.E. Phoenician Shipwreck, in The INA Annual, vol. 4 , 2011
H. Le Meaux, Des ivoires et des œufs : réflexions sur l’interaction art/technologie dans le contexte orientalisant de la première moitié du Ier millénaire avant J.-C. en péninsule Ibérique, in Mélanges de la Casa de Velázquez, vol. 43, Casa de Velázquez , 2013
S. Di Palma, L’Histoire des marques depuis l’antiquité jusqu’au moyen âge, Société des Ecrivains , 2014, p. 140
, Phoenician Shipwrecks of the 8 th to the 6 th century B.C. – Overview and Interim Conclusions , 2016, p. 4-5
 
 
© 2008-2014 Francis LEVEQUE - |