De la même période
Haut Empire Romain
Du même musée
Musée archéologique de Tripoli

  Haut Empire Romain   :|:   Document

L’entrée au port de Leptis Magna
4 octobre 2008 | par Francis Leveque | réf. : fr.196.2008
IIe siècle ap. J.-C. | [fr] mosaïque
Leptis Magna, Libye ( Libye )

Cette entrée idéalisée dans le port met en avant la puissance des vents qui sortent d’une amphore.

 

Cette mosaïque provient d’une villa, la villa du Nil, située près du port de Leptis Magna. Elle appartient à un ensemble de 3 scènes sur le thème du Nil.

Elle figure l’entrée d’un navire dans un port qui peut être celui de la villa qu’on reconnait grâce au temple de Jupiter Dolichenus.

Plusieurs angelots accompagnent le navire principal lors de son entrée.
Il est muni d’une voile gonflée par le vent. L. Basch estime que la voile, à l’aspect si particulier ici, est une voile carrée dont on a cherché à accroitre le rendement en retroussant la partie centrale pour obtenir 2 ballons et un meilleur rendement comme les spinnakers sur nos voiliers contemporains.
Au dessus de la vergue, les tesselles sont de même couleur que la voile. On en déduit l’usage d’une voile triangulaire.
Le mat est maintenu par un étai vers l’avant et un autre vers l’arrière, et par 2 haubans, un de chaque côté. Il supporte une vergue où un drapeau est planté à chaque extrémité. Un bras attaché au côté droit permet d’orienter la vergue.
Pour l’esthétique la représentation les rames sont sorties sur une rangée. Mais aucun rameur n’est visible.
La poupe est surmontée d’un aplustre, la proue par un faux stolos. L’éperon en pointe et l’oeil peint à la proue donnent vie au bateau.

Dans le port d’autres navires sont à quai, on aperçoit leur mat et leur vergue qui supporte la voile repliée. Chacun dispose d’un drapeau au sommet du mat. Le port se compose d’une longue galerie au centre de laquelle se trouve le temple de Jupiter Dolichenus.

Notons également l’un des angelot qui surf sur une amphore propulsée par une voile qu’il tient dans ses mains. La poupe est courbée et remonte assez haut.

 
                          


Bibliographie :


R. Bartoccini, A. C. Blanc, A. Zanelli, Il Porto Romano di Leptis Magna, Il Centro studi per la storia dell'architettura, Rome , 1958
L. Basch, Le musée imaginaire de la marine antique (MIMA), Institut hellénique pour la préservation de la tradition nautique, Athènes , 1987, p. 472, 475, photo n° 1073
 
 
© 2008-2014 Francis LEVEQUE - |