De la même période
Grèce hellénistique
|Déplier Synthèses
De la même région antique
Iles de l’Egée
|Déplier Analyses
|Déplier Documents
  Grèce hellénistique   :|:   Document
 
Graffito de la maison du Dionysos à Délos (4)
réf. : fr.1818.2018 | 14 décembre 2018 | par Francis Leveque
graffiti | Milieu du Ier siècle av. J.-C.
Délos, Iles de l’Egée ( Grèce )

Bien que partiel ce graffito présente un gréement complet. Le dessin de la voile rappelle les 3 grands graffiti de galères découverts dans la même maison. L’auteur est peut-être la même personne.

 

Ce graffito provient de la maison du Dionysos, dans le quartier du théâtre situé à peu de distance au sud du sanctuaire d’Apollon sur l’île de Délos. Il a été relevé entre 1930 et 1933 par Dominique CARLINI, capitaine de frégate, attaché naval de France à Athènes, avec le concours de l’Ecole Française.

Les murs de la maison du Dionysos datent de la fin de la période hellénistique, vraisemblablement du milieu du Ier s. J.-C. postérieure aux pillages de Délos (88 et 69 av. J.C.). Sur la même paroi se trouvent plusieurs graffiti, dont celui-ci.

Dimensions :
- Hauteur : 50 cm
- Largeur : 50 cm
- Hauteur sur le mur : 2 m

Le graffito est très dégradé, seule la partie centrale et la proue sont conservées.

Le gréement est presque complet. Le mat est maintenu en place par un étais vers l’avant et 2 vers l’arrière. Ces 3 traits se rejoignent au sommet du mat duquel ils dépassent ; peut-être forment-il là un calcet ou bien l’artiste a juste maladroitement fait dépasser ses traits.
La vergue est inclinée. La voiles est dépliée. Les courbures donnent à la voile la sensation que le vent vient la frapper. Les coins du bas de la voile sont reliés vers le pont à l’avant et l’arrière par des traits qui représentent les écoutes. De nombreux traits orientés du pont vers la vergue représentent sans doute les cargues qui servaient à replier la voile. Elles semblent se rejoindre toutes en un seul point sur le pont, derrière le mat.

Du bordé dépassent 4 ou 5 piquets qui sont les supports d’une lisse horizontale. Il s’agit sans doute du support des fargues que l’on pouvait installer selon les besoins et qui sert aussi de bastingage.

Le sommet de la proue présente une originale composition. Les deux arcs de cercle et les proéminences horizontales font penser à une tête de taureau.

 
     

Bibliographie :

  • Carlini, Les galères antiques, in Bulletin de l'Association technique, maritime et aéronautique, vol. 38 , 1934, pp. 49-89
  • L. Basch, Le musée imaginaire de la marine antique (MIMA), Institut hellénique pour la préservation de la tradition nautique, Athènes , 1987, p.373, fig. 4
  •  
     
    © 2008-2014 Francis LEVEQUE - |