De la même période
Grèce hellénistique
|Déplier Synthèses
De la même région antique
Iles de l’Egée
|Déplier Analyses
|Déplier Documents
  Grèce hellénistique   :|:   Document
 
Graffito de grande taille inachevé d’un navire à Délos
réf. : fr.1834.2018 | 30 décembre 2018 | par Francis Leveque
graffiti | Milieu du Ier siècle av. J.-C.
Délos, Iles de l’Egée ( Grèce )

L’auteur a fait preuve d’ambition en traçant de graffito de plus d’un mètre. Pourtant le résultat final n’est pas au niveau attendu.

 

Le graffito de grande taille provient du quartier du théâtre, de la boutique n°49, plus précisément du mur nord-ouest. Les murs de cette boutique datent de la fin de la période hellénistique, vraisemblablement du milieu du Ier s. J.-C. postérieure aux pillages de Délos (88 et 69 av. J.C.). Sur la même paroi se trouve un autre petit graffito.

Il a été relevé entre 1930 et 1933 par Dominique CARLINI, capitaine de frégate, attaché naval de France à Athènes, avec le concours de l’Ecole Française.

Dimensions :
- Hauteur : 45 cm
- Largeur : 110 cm

La silhouette est évidemment celle d’un navire long. Il ne dispose pas de moyen de propulsion et certains détails rappellent plutôt des navires anciens.

La poupe se compose de 5 branches d’un bel aphlaston au dessus et dans le prolongement d’une courbure élevée. Une structure triangulaire représente sans doute un gaillard ou l’emplacement adapté au timonier.

La proue présente une pointe dans le prolongement de la quille, il s’agit bien évidemment d’un éperon ou d’un taillemer. Le tracé d’un grand triangle supplémentaire à l’étrave montre peut-être que l’auteur s’est repris pour sa réalisation de l’éperon. L’étrave verticale se termine par une pointe à son sommet. A mi-hauteur, un trait horizontal représente sans-doute un proembolon mais il se trouve bien haut par rapport au pont, normalement il se trouve dans le prolongement de la préceinte. La structure rectangulaire de ce côté là aussi du pont est un gaillard.

L’éperon avec le proembolon, la finesse et la longueur de la coque, les gaillards avant et arrière militent pour voir dans ce dessin la représentation d’un navire de guerre (ancien ?).

 
     

Bibliographie :

  • Carlini, Les galères antiques, in Bulletin de l'Association technique, maritime et aéronautique, vol. 38 , 1934, pp. 49-89
  • L. Basch, Le musée imaginaire de la marine antique (MIMA), Institut hellénique pour la préservation de la tradition nautique, Athènes , 1987, p.374, fig. 14
  •  
     
    © 2008-2014 Francis LEVEQUE - |