De la même période
Egypte pharaonique
|Déplier Analyses
De la même région antique
Egypte (Basse Egypte)
|Déplier Analyses
|Déplier Documents

  Egypte pharaonique   :|:   Document

Convoi de navires au mat bipode du mastaba de Niankhkhnoum et Khnoumhotep (2)
29 décembre 2014 | par Francis Leveque | réf. : fr.1253.2014
3e quart du XXVe siècle av. J.-C. | [fr] peinture
Saqqarah, Egypte (Basse Egypte) ( Egypte )
 

Le mastaba de Niankhkhnoum et Khnoumhotep se trouve au Nord de Saqqarah, entre la pyramide à degré de Djéser et celle d’Ounas. Le monument été redécouvert en 1964. Le mastaba a été construit avant la chaussée d’Ounas, soit pendant le règne du roi Niousserre, 6ème roi de la Ve dynastie (2460-2430 av. J.-C.), ou au plus tard celui de son successeur immédiat, Menkaouhor (2430-2420 av. J.-C.).

Les deux hommes sont peut être deux frères, deux hauts fonctionnaires : Niankhkhnoum et Khnoumhotep. Ces deux patronymes font référence au dieu Khnoum, dieu potier démiurge à tête de bélier, surtout honoré à éléphantine (près d’Assouan).

L’accès aux chambres funéraires se faisait par un puits caché, situé sous le 2e vestibule. L’ensemble des pièces du mastaba (l’entrée, la cour et l’antichambre) étaient accessible aux vivants pour permettre le culte de la mémoire des deux défunts.

La décoration du mur nord de la première chambre comporte la représentation de trois bateaux semblables. A droite de la porte, sous un ensemble de scènes originales de commerce au marché, deux élégants bateaux se dirigent vers la gauche la voile largement déployée.

Ces bateaux sont identiques. Ils sont d’un type largement utilisé à l’époque mais abandonné par la suite. Ils sont en forme de croissant avec un pont aménagé, un mat supportant une vergue et une voile très haute. Neuf étais maintiennent le mat, l’un attaché à l’avant, un autre fixée à l’extrémité de la poupe, les autres sont fixés à l’arrière, juste devant les timoniers.

Une structure en 3 parties recouvre le pont et sert de cabine(?) ou de parasol. Un homme est monté dessus et manœuvre les bras qui permettent d’orienter la vergue. Dessous un homme debout vers l’avant tient un bâton et se fait présenter un document par un serviteur derrière lequel d’autres sont assis. Sous la partie centrale de cette structure, 6 autres têtes dépassent de la coque.

Aucun marin n’est représenté tenant une rame. Un sondeur à l’avant indique la direction à suivre. A l’arrière, deux timoniers debout manipulent des rames-gouvernail.

Le mat a une structure qui fait l’originalité du bateau. Il est composé de 2 mats liés entre eux et se rejoignant au sommet. A la base, chaque mat est fixé sur un côté de la coque. Ces mats « bipodes » étaient généralement conçus pour pouvoir être rabattus quand on s’en servait pas.

 
                       


Bibliographie :


A.M. Moussa, H. Altenmüller, Das Grab des Nianchchnum und Chnumhotep, Ph. von Zabern, Mainz am Rhein , 1977
 
 
© 2008-2014 Francis LEVEQUE - |