De la même période
Haut Empire Romain
  Haut Empire Romain   :|:   Document
 
Cargo à 2 mats sur un bas relief de Carthage
réf. : fr.1899.2019 | 27 janvier 2019 | par Francis Leveque
sculpture | Fin du IIe siècle ap. J.-C.
Carthage, Afrique ( Tunisie )
Twitter Twitter

Le timonier de cet étrange navire semble vouloir exprimer un message au spectateur qui le regarde. Il pilote un navire romain innovant souvent représenté en Afrique du Nord.

 

Relief en marbre découvert à Carthage (L. Basch indiquait Utique) par Sir Thomas Reade, Consul d’Angleterre à Tunis (de 1844 à sa moirt en 1849). Il collectionnait de nombreuses antiquités, incluant de nombreux objets provenant de Carthage lors des fouilles de Nathan Davis. Sa collection de monnaies a été rapportée de Tunis après sa mort et complétée par le British Museum par J. Doubleday.
Ce relief est daté de la période romaine, vers 200 ap. J.-C. Il a probablement été réalisé en Afrique Proconsulaire (Tunisie).

Dimensions :
- Hauteur : 22,7 cm
- Largeur : 39,6 cm
- profondeur : 7,5 cm

Le sujet représente un marin (plus exactement un timonier) dans un petit bateau de cabotage à deux mâts désigné comme une corbita. Si le corps du timonier est dans l’axe du navire, son visage est tourné à droite, vers le spectateur.

Ce navire marchand présente une coque ronde pour ce qu’on peut en voir au-dessus des flots. Son étrave est convexe et dépourvue de taillemer. Le gouvernail semble protégé par une caisse composée de 3 planches. Le même dispositif existe tout le long de la coque, ce qui laisse penser à la protection d’un pont ou à une caisse de rame.

Le mâtereau avant est désormais d’une taille équivalente au mat principal. Mais il a gardé une importante inclinaison. Le grand mat est fortement reculé vers l’arrière. Les deux mats sont soutenus par des étais curieusement représentés seulement sur les voiles. Il en va de même pour les bras qui sont reliés aux vergues (un seul par vergue). Les voiles ont des coutures renforcées mais les renforts verticaux ne sont pas allignés.

 
 
        
 

Bibliographie :

  • L. Basch, Le musée imaginaire de la marine antique (MIMA), Institut hellénique pour la préservation de la tradition nautique, Athènes , 1987, p.481-186, n° 1104
  •  
     
     
     
    © 2008-2014 Francis LEVEQUE - |