De la même période
Haut Empire Romain
De la même région antique
Latium
|Déplier Analyses
|Déplier Documents
  Haut Empire Romain   :|:   Document
 
Bateau n°1 du relief Lansdowne
réf. : fr.1761.2018 | 25 novembre 2018 | par Francis Leveque
sculpture | 2e quart du IIe siècle ap. J.-C.
Latium ( Italie )

Scène mythologique fréquemment représentée, cette version d’Ulysse attaché à son mat pour ne pas céder aux sirènes laisse ressentir une certaine douceur par son traitement lissé, dans un environnement peu chargé.

 

Le relief de Lansdowne fut mis au jour en 1769 lors de fouilles effectuées sur le site de la villa Hadriana, à Tivoli, 120-138 ap. J.-C., par le marchand d’art et archéologue Gavin Hamilton, qui le vendit à Lord Lansdowne. Il est maintenant exposé dans la galerie grecque et romaine du Fitzwilliam Museum de Cambridge.

La sculpture de la villa Hadriana est un relief calcaire gris foncé. Elle est joliment décorée de scènes de la mythologie grecque, toutes liées à la mer. De gauche à droite (du point de vue du spectateur), nous voyons Ulysse et les sirènes ; le dieu du vin Dionysos transportant le cadeau du vin, sous la forme d’une vigne étalée, à travers la mer jusqu’à la Grèce ; et les Argonautes face aux oiseaux stymphaliens mangeurs d’hommes.

dimensions :
- hauteur : 56 cm,
- largeur : 181.5 cm,
- profondeur : 23 cm

Cette première scène représente Ulysse et les sirènes. Ulysse était curieux de savoir ce que les sirènes lui diraient et, suivant les instructions de Circé, boucha les oreilles de ses hommes avec de la cire d’abeille et se fit attacher au mât du navire.

Ainsi nous pouvons voir le navire rond doté d’une étrange voile triangulaire. Le mat est arrondi et maintenu par 2 cordes, l’une vers l’arrière l’autre, vers l’avant. Le sommet de la proue semble se terminer par une volute ou une figure. Le bateau ne comporte pas d’éperon ni de taillemer. La poupe est ornée d’un col de cygne. Sur le bordé sont figurés 4 rames dont l’aspect ressemble plutôt à des représentations de gouvernails, ce qui permet de s’interroger sur les connaissances de l’artiste.

Une partie importante de ce commentaire est empruntée à l’analyse de Carole Raddato.

 
     

Bibliographie :

 
 
© 2008-2014 Francis LEVEQUE - |