Haut Empire Romain   :|:   Document

Bas relief de Préneste
4 août 2016 | par Francis Leveque | réf. : fr.1569.2016
Milieu du Ier siècle ap. J.-C. | [fr] sculpture
Préneste (Palestrina), Latium ( Italie )

Ce navire est peut-être l’un des plus gros ayant participé au débarquement en Angleterre sous commandement d’Aulus Plautius, à lépoque de l’empereur Claude.

 

Ce bas-relief bien détaillé est connu depuis au moins 1772. Il provient du site du temple de la Fortune à Préneste.

Le crocodile à la proue semble être un emblème évoquant l’Egypte plutôt qu’un proembolon (même si lestrémité de sa gueule est située à l’emplacement de celui-ci). A cause de cela le navire souvent été associé aux navires d’Antoine à Actium. R Heidenreich l’associait même plus précisément à Canidius Crassus, légat d’Antoine en Libye.

P. Mingazzini faisait remarquer en 1957 et 1973 que les soldats ont l’attitude de ceux qui vont débarquer. De plus, la figure féminine à l’avant est caractéristique des règnes de Caligula et Claude, ce qui a fait penser à Mangazzini que le navire représenterait le débarquement en Angleterre de Claude en 43 ap. J.-C, plutôt que traditionnellement la bataille d’Actium. Le général en chef en était Aulus Plautius, dont la famille était originaire de Préneste.
Dans ce cas le navire pourrait être la représentation du navire amiral de la flotte dont on sait qu’elle ne comptait qu’un seul « six » nommé l’Ops. Or L. Basch doute que ce navire ait jamais quitté la Méditerranée et cela n’explique pas la présence du crocodile.

Selon la tradition marine romaine, les soldats se tiennent sur une plate-forme latérale au-delà du parapet auquel des boucliers sont accrochés. Peut-être ce navire a-t-il comporté 2 rangs de rames (13 en haut et 12 en bas) dont les points d’appuis sont difficile à déterminer. Il est cependant clair qu’il n’existe pas de caisse de rames sur ce navire, les rames sortent de la coque. Le rang supérieur pouvait prendre appui sur un apostis.
Autres détails rares parmi les représentations : un manchon de cuir recouvre chaque rame à l’endroit où elle rentre dans la coque. Une tour remplace à l’avant les abris des galères grecques. La décoration de l’avant et du faux-stolos est extrêmement détaillée. Un gaillard d’avant est protégé par le faux-stolos et un pavois. Un petit mat oblique vers l’avant.

L. Basch voit en ce navire une variante du type rhodien.

 
        


Bibliographie :


R. Heidenreich, Zum Biremenrelief aus preneste, in Romische Mitteilungen, vol. 51 , 1936
P. Mingazzini , La datazione del rilievo da Praeneste al Vaticano rappresentante una bireme, in Atti della Accademia di Archaeologia. Rendiconti, vol. 29 , 1956-1957
P. Mingazzini , Lo sbarco di Claudio in Brittania, in Romische Mitteilungen, vol. 80 , 1973
L. Basch, Le musée imaginaire de la marine antique (MIMA), Institut hellénique pour la préservation de la tradition nautique, Athènes , 1987, p. 424-426, n° 913-916
 
 
© 2008-2014 Francis LEVEQUE - |