Crète minoenne   :|:   Document

Anneau de Minos
29 avril 2015 | par Francis Leveque | réf. : fr.22.2015
XVe siècle av. J.-C. | [fr] bague
Crète ( Grèce )

Cette bague minoenne représente-t-elle une scène mythologique d’adoration d’un arbre ou Charon le « nocher des Enfers » qui fait traverser le Styx ?

 

Cette bague est souvent appelée « Anneau de Minos ». Elle provient probablement de Cnossos. Elle est datée de l’époque néopalatiale tardive.

Il s’agit bien d’une bague car le chaton est très lisible. Mais son authenticité a été initialement mise en doute parce que la scène représentée sur la chevalière est considérée comme inhabituelle pour l’époque. Pourtant le style du bateau et des personnages est proche de celui de la bague de Mochlos. Peut-être est-il déjà Charon, appelé aussi dans la mythologie grecque le « nocher des Enfers » (le nocher est celui qui conduit une embarcation). L’espace aquatique représenté ici serait alors le Styx.

La barque tient une place centrale, en bas. On y reconnait la forme longiligne avec une proue (à droite) remontant à la verticale et surmontée d’un ornement en forme de long bec tourné vers l’arrière, et la poupe se terminant par un ornement floral. Une cabine est installée à l’avant. A l’arrière un marin manie une perche. A droite un personnage est assis sur une architecture. A gauche un autre personnage parait tirer sur un arbre. Au centre, au sommet d’un mont, un 3e personnage semble s’envoler vers un petit temple surmonté de branches d’arbre. Certains y ont vu une scène d’adoration des arbres (dendolatrie).

La bague a été découverte pendant les fouilles archéologiques de Knossos en 1928. Elle fut déclarée un faux en 1934 par Spyridon Marinatos (qui fouillait à Thera) alors qu’Arthur Evans (qui fouillait à Knossos) et Nikolaos Platon (qui fouillait à Zakros) l’estimaient authentique. La bague fut donc donnée au prêtre du village du fermier. Lorsqu’un des 3 archéologues s’y intéressa de nouveau plusieurs années plus tard, le prêtre déclara qu’il l’avait confié à sa femme mais qu’elle l’avait perdue.

En 2001, en héritant la maison du prêtre, G. Kazantzis trouva la bague dans le décor de la cheminée. Il la détacha et la confia de nouveau aux autorités archéologiques grecques concernées mais dans un service différent, qui déclara que la chevalière était authentique.

Dans son étude sur le disque de Phaistos, Philippe Plagnol présente cette « bague de Minos » pour illustrer les navires.

 
              


Bibliographie :


A. Evans, The Palace of Minos, Hafner publ. Co, Londres , 1964 (2e ed.)
 
 
© 2008-2014 Francis LEVEQUE - |